Imprimer

Âge de pierre, haches de pierres

Un peu d'histoire : Le Néolithique, l'avènement de l'agriculture.
Cette très longue période qui signifie "Âge de la nouvelle pierre" (5500 à 2500 ans avant J.-C) est marquée par de profonds changements de rapports entre l'homme et son envrionnement. De chasseur, cueilleur, nomade, il va progressivement devenir sédentaire, favorisant la domestication animale, puis la mise en culture des sols. La production de céramiques en lien avec les nouvelles habitudes alimentaires se développe de même qu'apparaissent de nouveaux outils destinés à déboiser les vastes espaces dédiés à la construction d'habitats pérennes, à l'élevage et à l'agriculture : les haches polies.
 
hache polies du choletais
 
Façonnées dans des roches diverses, les haches polies sont aussi de formes et de tailles très variables. 30 kg de roches sont nécessaires pour obtenir, au terme d'une longue chaîne opératoire, une lame de hache de 300 g affûtée et polie pour un tranchant plus efficace. Emmanchées directement dans du bois ou logées dans une gaine en bois de cerf elle-même fixée dans un manche en bois, cette lame peut devenir hache, hachette, herminette... suivant les dispositifs d'attache et le type de façonnage. D'une vocation d'abord utilitaire, l'outil est aussi devenu symbolique, déposé par exemple dans des contextes funéraires ou façonné dans des roches rares et fragiles. Ces objets de prestique ont ainsi voyagé sur de très longues distances (cas des haches en jadéite que l'on trouve rarement dans nos régions et dont les sites d'extraction ont été localisés dans les Alpes italiennes !)
 
Un inventaire participatif inédit !
L'idée consiste à solliciter d'abord les populations locales pour savoir si elles possèdent dans leur famille une ou plusieurs haches et si elles souhaiteraient les confier. Une fois ce matériel emprunté (via une convention), les haches passent ensuite entre les mains de divers spécialistes (géologue, photographe, géochimiste...). Cette phase plus scientifique vise à caractériser les haches récoltées dans le territoire et les comparer à la géologie locale. Elle mobilise plusieurs partenaires de haut niveau (CNRS, museum...). Suite à l'étude scientifique le projet nécessite un retour vers la population demandeuse et curieuse de connaître l'évolution du projet haches polies. C'est à ce moment là que le projet prend tout son sens car l'échange entre la population et les scientifiques aura été complet.
L'inventaire participatif des haches polies est inédit en France. En effet, en règle générale les études de haches polies se réalisent à l'aide des collections publiques présentes dans les musées. Ce projet a un caractère innovant car il permet la participation de la population à un projet scientifique.
 
Exposition haches polies
 
Appel à contribution.
- Vous savez où se trouve des haches polies ? Vous souhaitez participer à cette démarche inédite ? Vous pouvez confier vos haches temporairement au CPIE (via une convention) pour alimenter l'inventaire ou à des fins d'étude voire d'analyses. Un geste simple, mais qui peut être significatif pour la connaissance de notre patrimoine. 
NB : tous les objets empruntés sont rendus !
- Vous souhaitez partager votre participation au projet ? Vous voulez faire découvrir ce projet à d'autres ? Vous pouvez emprunter l'exposition haches polies, composée de quatre panneaux illustrés, associés à des vitrines exposant des objets archéologiques découverts localement. 
 
Pour toutes informations contacter : 
Sandrine Le Gall, chargée d'action patrimoine archéologique au CPIE Loire Anjou.
Port : 06.35.03.61.93 - Standard : 02.41.71.77.30 - Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.