Le CPIE Loire Anjou, aux côtés de la Mutualité Française des Pays de la Loire et la commune de Mauges-sur-Loire ; avec l’appui de l’Agence Régionale de Santé, déploie un nouveau projet. Ce projet intitulé « Bulles d’air » porte sur la santé environnementale et vise à réduire l’exposition des enfants (de 0 à 10 ans) aux polluants présents dans l’air intérieur.

Un nouveau projet lauréat d’un appel à manifestation d’intérêt

Le CPIE Loire Anjou et la Mutualité Française des Pays de la Loire sont lauréats de l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Inégalités sociales et territoriales de santé » de l’Agence Régionale de Santé. Le CPIE et la Mutualité Française ont choisi d’aborder ce sujet par une thématique de la santé environnementale : la qualité de l’air intérieur. La commune de Mauges-sur-Loire s’est manifestée afin de déployer ce projet sur le territoire communal pour une durée de 3 ans, notamment dans le cadre de sa démarche de labellisation – Territoire Engagé en Transition Ecologique. Des conventions sont signées entre les différentes parties prenantes pour mener à bien ce nouveau projet.

Pourquoi agir sur la qualité de l’air intérieur ?

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit la santé comme « un état de complet
bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de
maladie ou d’infirmité ». L’environnement de vie, au sens général du terme, est donc un des déterminants majeurs de la santé, autant que les comportements individuels et l’accès aux soins !
Au quotidien, nous passons 80 à 90% de notre temps dans un environnement clos : notre logement, les transports, les locaux de travail ou scolaires, etc. Chaque jour, en moyenne, nous inspirons 15000 litres d’air. Or l’air intérieur peut être jusqu’à 6 fois plus pollué que l’air extérieur. La nature de ces polluants dépend des caractéristiques du bâti, des activités et des comportements. Les sources de polluants sont nombreuses et très diversifiées : caractéristiques géologiques (radon), tabac, mobilier, peinture, jouets, plantes, animaux, … Ces polluants peuvent avoir des impacts sur la santé et le bien-être.

15 000 L inspirés par jour
Enfants et femmes enceintes plus sensibles aux polluants

Air intérieur 2 à 6 fois plus pollué
Multiplicité des molécules

80 à 90% de notre temps en espaces clos

19 milliards d’€ / an
(étude ANSES 2014)

20 000 décès prématurés
28 000 nouvelles pathologies / an
Conséquences à court et long termes

Au quotidien, les enfants sont soit chez eux avec leur famille, soit dans des structures qui les accueillent comme les assistantes maternelles, les crèches, les établissements scolaires et périscolaires. Ils sont – y compris dès la conception – par leur métabolisme en plein développement, plus sensibles aux effets sanitaires des polluants qui les entourent.
La pollution de l’air intérieur est aussi un enjeu de réduction des inégalités sociales et territoriales. En effet, l’accessibilité à l’information, aux conseils et aux soins varient en fonction des territoires et du gradient social. Les populations les plus exposées sont souvent les personnes les plus fragiles économiquement. Or il est possible en matière de santé environnementale d’adopter des comportements favorables à la santé, quel que soit le budget de la famille. De plus, en créant des lieux d’accueil moins pollués, c’est toute la population qui en bénéficie. Ce sujet est un fil rouge pour le projet.

Un vaste programme, pour le bien-être de nos enfants !

Le projet proposé a pour objectif général d’améliorer la qualité de l’air intérieur et de réduire l’exposition aux polluants intérieurs en se concentrant sur le public vulnérable des femmes enceintes, nouveaux nés et jeunes enfants (jusqu’à 10 ans) :

  • Sensibiliser et outiller sur les liens entre qualité de l’air intérieur et santé et identifier les solutions pour des environnements moins émissifs ;
  • Créer un environnement favorable pour les enfants ;
  • Mettre en mouvement et accompagner au changement de comportement des structures d’accueil des enfants, la collectivité, ainsi que les pratiques individuelles.

La méthodologie et les actions proposées visent également à tendre vers la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.

3 axes d’intervention sont visés :

  • Mobilisation et sensibilisation des acteurs du territoire à la santé environnementale grâce à des sessions de sensibilisation, des apports d’expertise ou encore l’échange de pratiques,
  • Accompagnement des familles, parents et futurs parents, à travers la proposition d’une programmation annuelle d’animations (ateliers et conférences),
  • Accompagnement des structures et personnels œuvrant auprès des enfants, à travers la réalisation d’un auto diagnostic, l’aide à l’écriture d’un plan d’actions priorisées, ainsi qu’une proposition d’ateliers techniques mutualisés et de retours d’expériences.

Ce projet permettra de cibler différentes actions pour réduire le nombre de polluants et les évacuer :

  • Paramètres de confort
  • Matériaux de construction
  • Ameublement / décoration
  • Aération/ventilation
  • Produits, techniques et protocoles d’entretien
  • Cosmétiques, produits d’hygiène
  • Articles de puériculture / loisirs / fournitures
  • Contenants alimentaires/plastiques

En terme de calendrier, le démarrage de l’accompagnement des structures accueillant des enfants est prévu à partir de novembre 2022.
Le programme d’animation pour le grand public débutera à partir de 2023.
A suivre dans notre agenda !

Les partenaires du projet

 Ce projet se veut multi-partenarial et ouvert à l’implication de différentes catégories d’acteurs de la santé, de l’enfance, du social, ….

Une gouvernance est mise en place à travers :

  • Un comité de pilotage
  • Un comité opérationnel.

Envie d’en savoir plus ?
Contactez Cécile LEMOUL, Chargée d’action santé-environnement et alimentation